564 544 visites 2 visiteurs

MARVIN GOLITIN (1,94M) GARDIEN DE CAEN A MÂCON

25 mai 2018 - 13:45

Vainqueurs de leur groupe en phase régulière avec l'attaque la plus prolifique et la défense la plus solide, les U19 nationaux du Stade Malherbe s'apprêtent à défier l'AJ Auxerre en demi-finale du championnat de France. Pour cette première depuis l'an 2000 au club normand, l'équipe dirigée par Michel Rodriguez comptera, entre autres, sur son gardien Marvin Golitin à l'envergure impressionnante (1,94 m pour 88 kg).

"NE PAS SE METTRE UNE PRESSION SUPPLEMENTAIRE"

"L'équipe n'a pas changé de comportement. Personne n'est tendu", confirme le gardien normand qui affiche une grande sérénité. "Personnellement, même si j'ai conscience que je ne vais pas disputer des matches de cette importance tous les week-ends, je ne vais pas modifier mes habitudes ni me mettre une pression supplémentaire. C'est un match que je vais aborder comme un autre… Ce sont des bons moments. Peut-être qu'on ne les vivra plus jamais. Il faut en profiter sans pour autant s'endormir parce qu'on est en play-offs. On ne doit pas s'arrêter à ça"

"Quand on ne joue que quatre-cinq matches, on perd ses repères. Au début, c'était compliqué avec mes coéquipiers car on ne se connaissait pas. Il y a eu des incompréhensions". Mais le travail quotidien et l'enchaînement des rencontres ont porté leurs fruits. "Partager la même chambre au centre avec Hugo (Vandermersch, le latéral droit) a facilité notre entente. Pour Pathy et Thomas (Malumandsoko et Chesnel qui forment la charnière centrale), on a dû apprendre à jouer ensemble. Une confiance s'est installée entre nous. Aujourd'hui, même sans se parler, on se comprend. Des automatismes se sont créés".
Contrairement à certaines journées de championnat où il pointe au chômage technique, Marvin Golitin peut s'attendre à être un plus sollicité face à l'AJA. "Parfois, il faut rester concentré 90' pour réaliser juste un ou deux arrêts. C'est fatigant mentalement". L'apprentissage du haut niveau pour ce jeune gardien qui a bénéficié cette saison de l'expérience de Matthieu Dreyer. "Il m'a beaucoup aidé sur les déplacements, le positionnement des mains, la façon dont je me relève… Rémy Vercoutre est aussi intervenu sur deux entraînements. Il passait et il s'est arrêté spontanément". Des conseils précieux qui pourraient bien réaliser la différence dimanche après-midi au moment d'effectuer la parade décisive.

l'article complet sur  www.smcaen.fr

 Demi-finale championnat de France. SM Caen - Auxerre, dimanche 27 mai à 17 h 15 au stade Pierre-Guérin à Mâcon (Saône-et-Loire).

Commentaires